ENVIRONNEMENT VS SOCIÉTÉ

La biodiversité en ville

La biodiversité en ville 

                                                                                                                                                                                                       

 Treize chercheurs du Muséum d'histoire naturelle affirme que l'insertion de la nature dans le milieu urbain est source de bénéfices pour la santé psychologique et physique pour les riverains.

 

téléchargement (11)

 

La plupart des villes sont malheureusement le berceau de nombreuses allergies, troubles anxieux, maladies respiratoires et maladies cardiovasculaires ...

Or, on sait que les plantes aident à purifier l'air, l'eau et le sol. En particulier, les arbres qui fixent d’importantes quantités de polluants atmosphériques ainsi qu’il permet de fixer le sol grâce aux racines . Ils jouent un rôle important dans le cycle du carbone et réduisent l’îlot de chaleur de la ville, réduisant la température de toute la communauté de quelques degrés lors d’une forte vague de chaleur.

 Les collectivités locales jouent désormais un rôle important dans la lutte contre la perte de biodiversité grâce aux traités internationaux ainsi que les lois telles que les lois de Grenelle 1 et 2, donnant la possibilité d’agir directement sur le territoire. Comme par exemple la ville de Dunkerque qui souhaite s’investir dans les stratégies régionales (schéma régional de cohérence écologique en cours d’élaboration) et locale (tram verte et bleu intercommunale) ainsi que faire un travail durable par diverse action donnant des résultats concrets en impliquant chaque acteurs du territoire.

Il y a de nombreux enjeux de préservation :

 

* Enjeu environnemental donnant un cadre durable pour l’Homme et les espèces vivantes.

* Enjeu social et de santé publique pour une vie saine.

* Enjeu économique qui renforce l’attractivité de l’agglomération.

* Enjeu politique apporte une reconnaissance locale, nationale et internationale. 

 

Paris va accueillir la plus grande ferme urbaine du monde

 

1731

 

 

Ainsi que notre capitale, Paris se fait de plus en plus verte et accueillera au printemps 2020 (soit dans très peu de temps) la plus grande ferme urbaine du monde. 

 

Installée sur le toit du Parc des expositions, dans le 15e arrondissement réalisé par la société Viparis, elle devrait produire jusqu’à une tonne de fruits et légumes par jour en haute saison. Pour pouvoir produire cette quantité celle-ci fera 14 000 m², la plus grande ferme du monde sera un espace ouvert accueillant une vingtaine de maraîchers cultivant de milliers de fruits et légumes d’environ trente espèces différentes par la méthode biologique. Ces produits serviront à servir les habitants du sud de Paris et communes voisines par la vente directe ainsi que les restaurants installés au Parc des expositions.

« L’objectif est de faire de la ferme un modèle mondialement reconnu de production durable » nous dit Pascal Hardy, fondateur d’Agripolis qui est l’entreprise d’agriculture urbaine au centre du projet.

La ferme fournira également une gamme de services liés à l'agriculture urbaine, y compris le tourisme éducatif, des séminaires de consolidation d'équipe et des événements spéciaux. Enfin et surtout, les résidents locaux auront la possibilité de louer leurs propres petites parcelles pour aider les résidents urbains à retrouver leurs sources de nourriture.

Ce projet est un pari ambitieux, sachant que l’agriculture urbaine est rarement rentable. « Très peu de projets sont rentableset 80 % meurent la première année », explique Grégoire Bleu, président de l’Association française d’agriculture urbaine professionnelleau monde en 2018. Hardy, qui s'attend à ce que l'exploitation commence à réaliser des bénéfices au cours de sa première année. «Si nous pouvons créer un modèle commercialement viable, plutôt que de devoir compter sur la bonne volonté et les subventions, cela aidera les exploitations agricoles urbaines à devenir durables à part entière.».

Bien que l'agriculture urbaine à grande échelle ne soit pas nouvelle en soi, il existe des emplacements majeurs à La Haye, Détroit et Shanghai, et cette nouvelle ferme phare à Paris apportera des changements révolutionnaires à bien des égards. Non seulement elle deviendra la plus grande ferme de toit au monde, mais elle deviendra également un pionnier de la technologie de culture aérienne de céréales "verticale".


Posté par BTSGPN2019 à 13:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Des nouvelles technologies pour l'environnement ?

Des nouvelles technologies pour l'environnement ?

                                                                                                                                                                           

Les nouvelles technologies deviennent progressivement la clé de la protection de l'environnement. De la surveillance de la pêche à la surveillance des zones protégées ou de l'étalement urbain, les applications sont nombreuses.

 

drone

Changer les méthodes d'observation  

Les méthodes d'observation évolue et se diversifie de plus en plus. Comme les observations par satellite peuvent faire des observations à grande échelle. Il est particulièrement utile pour lutter contre les sols artificiels et protéger la biodiversité. Par conséquent, les trames vert et bleu (TVB) ont été cartographiés à l'aide d'images spatiales à très haute résolution et de radiométrie satellite c'est-à-dire par l'infra-rouge. 

Les drones au service de l'environnement ?

Bien que pour certain le drone est une source d'inquiétude, il en reste pas moins utile pour son environnement. Il en existe des drones civils pour avoir une meilleure qualitée d'image, le résultat est plus précis.

Les drones sont en plein essor de nos jours. Ils sont d'une grande utilités pour compléter les observations réalisées à l'aide d'avion, ou ULM... parce qu'ils se déplacent dans les endroits les plus reculés et difficile d'accès, consomment nétement moins d'énergie. Ils permettent de nombreuse observation, particulairement les animaux sauvages (c'est-à-dire les faons face au moissoneuse batteuses en Allemagne, le nid des espèces protégés ..). Ce petit appareil révolutionne l'observation.

Les drones ont un panel large, concernant l'agriculture, le jeune start-up Airinov vend des drones équipés de capteurs permettant de gérer les apports en engrais pour les cultures,les pesticides, ou encore à détecter par leurs images les maladies sur les cultures comme pour les vignes, pour détecter le plus précossement possible la maladie. De plus l'institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (IRSTEA) développe des drones permettant de diminuer l'utilisation d'eau et de pesticides, à partir d'une caméra thermique qui capte l'eau présent dans le sol. 

D'autre facilite la reforestation par l'entreprise BioCarbon Engineering proposant d'augmenter le nombre d'arbre planter ainsi que leur fiabilité de vie. Après un premier vol, une carte en trois dimensions est réalisée et des points de plantation seront déterminés. Il est utilisé ensuite un drone pour semer des graines grâce à la technologie d'injection à grande vitesse. Les graines sont entourées de boules biodégradables contenant des nutriments et injectées à grande vitesse par le drone pour leur permettre de s'enfoncer complètement dans le sol afin qu'elles poussent normalement.

Mais ils ont toutes fois quelques points faibles, comme leur autonomie réduite suite à leur petite taille, et ainsi que dans leurs capacité reduite de traitement automatique de données. 

 

Posté par BTSGPN2019 à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 avril 2020

DEMAIN un film de Mélanie Laurent, et Cyril Dion

Un film exceptionel donnant de l'espoir pour notre future d'où le nom Demain du film. 

Cyril et Mélanie ont voulus montrer, à travers leur film, les solutions dans le monde, raconter
une histoire qui nous donne de l'espoir, pour résumer montrer ce que pourrait être le
monde de demain. Un monde dans lequel l’Homme et la nature vivraient en
harmonie et en interaction.

A travers la rencontre des pionniers qui réinventent l’agriculture,
l’énergie, l’économie, la démocratie et l’éducation. En mettant bout à
bout ces initiatives positives et concrètes, cela donne une réussite à l'avancer.
C'est suite à la publication d’une étude qui annonce la possible
disparition d’une partie de l’humanité d’ici 2100, l’équipe a décidé
d’essayer de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales,
que traversent les pays, à l’aide des différentes solutions proposées
dans leur film Demain. Ils se sont lancés dans cette aventure
principalement pour permettre un meilleur avenir à leurs enfants.
Ils montrent ces différentes solutions à partir de 10 pays: La France, l'île de la réunion, Le Danemark, Finlande, Belgique, Inde, Grande Bretagne, Etat-Unis, Suisse, Suède et l'Island. 

L’auteur a voulu montrer les solutions existantes, le monde que nous pourrions avoir si
nous réagissons et non pas le monde qu’il nous attends si nous ne faisons rien. Il a voulu
donner l’espoir aux gens, leur prouver que c’est possible si nous le voulons.

Posté par BTSGPN2019 à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 avril 2020

L'édito

 

Notre société découvre de nouvelle technologie révolutionnant le monde de l’industrie et du commerce comme les drones, les robots en industrie … ce qui met à profit le commerce et le développement du pays en thermes de richesse. La société a pour objectif de gagner plus en faisant le moins possible. On en vient à se dire : « L’environnement doit-il s’adapter à la société ou est-ce l’inverse ? », ou bien « La société évolue t-elle en adéquation avec l’environnement ? ». Il y a plusieurs enjeux à prendre en compte, les enjeux socioculturels qui seraient les activités de pleine air, avec des animaux, activités professionnels. Les enjeux politiques sont de gérer l’ensemble afin que se soit durable sans négliger le social, économique et environnemental. Les enjeux économiques sont de pas négliger le développement de la société pour l’environnement et inversement.

 

Annotation 2020-04-16 130113

 

Sans cette nature qu’adviendraient-ils de nous, sans aucune ressource d’alimentation, de l’air respirable, de création, de découverte. Les technologies avances mais seront nous capable de reconstruire un écosystème durable comme celui-ci si il advient à disparaître.

Laura Boisdron

Posté par BTSGPN2019 à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]